mercredi 23 octobre 2019

Zadig zigzague en beauté

Zadig est un beau magazine, qui zigzague entre la revue graphique et le beau livre, sur beau papier, avec belle maquette et illustrations.
Le créateur Éric Fottorino, ancien directeur du Monde, qui avait déjà lancé Le Un et America, y convie de belles plumes : écrivains, philosophes, historiens, sociologues... ce qui donne de beaux textes et des dossiers de fond sur toutes les France.
L'autrice réunionnaise Isabelle Kichenin participe au dossier Réparer la France avec "Le désir de transformer l'océan Indien, muraille de carton-pâte bleu, en un boulevard scintillant pour nos possibles rêves."
De belles interviews, aussi, comme celle de Pierre Lemaître dans le numéro sur le travail, ou celle de Michel Serres dans le numéro sur la nature.
Et bien sûr de très belles illustrations de Catherine Meurisse, Tom Haugomat, Nicolas Chuard, Iris Hatzfeld, Serge Bloch, Jean-Claude Götting, Matthias Lehmann, Fabio Viscogliosi, et pour finir, une BD de Mathieu Sapin...

Zadig est une publication du 1, 21 x 27 cm, 194 pages.

Le trait et l'esprit de Guy Delisle

On ne se lasse pas du style de Guy Delisle : un dessin dépouillé et précis, tendre et expressif, et des ambiances subtiles, intelligentes, touchantes, pleines d'humour.
Par exemple, dans Chroniques birmanes, il raconte son long séjour en Birmanie (ou Myanmar) où sa femme est en mission pour une ONG. Pendant ce temps, entre les affres de la création du dessinateur de BD et son quotidien d'homme au foyer, il s'occupe du bébé et découvre le pays, ses habitants, ses us et coutumes, ses curiosités et incongruités qui résistent à l'œil étranger.
Il explore surtout son quartier car le dépaysement est souvent au bout de la rue. Son expérience de méditation Vipassana est irrésistible, drôle et profonde.
En petites histoires de quelques pages, il croque l'ambiance intime, locale, sociale et politique.
Passionnant.

Explorez l'ouvrage par vous-même sur le site de l'artiste.
Retrouvez également Guy Delisle dans les pages du Cri du Margouillat.

Éditions Delcourt, collection Shampooing, 2077, 264 pages.

lundi 21 octobre 2019

Gagner du temps pour réaliser ses rêves

Pour ceux qui courent après le temps, qui se noient dans un verre d'eau, qui sont désorganisés ou débordés, qui sont vite au bord du burnout en cas de surcharge : ce livre est pour vous.  
Fabien Olicard, plus connu comme mentaliste, est une sorte d'hyperactif hyper-organisé qui prétend avoir été procrastinateur (preuve en est qu'il a bien changé !).
Il nous donne, dans Votre temps est inifini - Et si votre journée était plus longue que vous ne le pensiez ?, ses recettes pour ne plus dire "Je n'ai pas le temps" et nous permettre ainsi de trouver du temps pour réaliser nos rêves. Plus d'excuses, en tout cas pas celle du manque de temps qui est souvent une façon de justifier notre procrastination.
Nous pouvons gagner du temps sur certaines tâches pour devenir plus efficaces et de façon plus simple qu'on ne croit.
Par exemple avec cette méthode d'organisation de réunions efficaces et agréables en créant de bonnes conditions pour atteindre les objectifs. 
Ceux qui n'ont pas un emploi du temps de dingues ou qui ne sont pas entrepreneurs à la tête d'équipes ou de plusieurs sociétés, y trouveront tout de même des astuces pour mieux s'organiser, savoir faire des choix parfois difficiles, gérer les priorités et les urgences, mieux profiter de leur temps personnel.
Car le but du livre n'est pas de vous rendre hyper-productif ou de vous transformer en bête de travail mais de vous laisser du temps pour respirer, vous ressourcer, profiter de vos amis et vos proches.
Un ouvrage instructif, intelligent, écrit dans un style simple et direct, très agréable à lire.

Éditions First, 2019, 250 pages.

mercredi 16 octobre 2019

L'édition racontée aux enfants

Pour fêter ses 10 ans de création, la maison d'édition Hélium explique aux enfants, avec un livre animé original, ce qu'est une maison d'édition et toute la chaîne du livre : comment on crée, fabrique et vend un livre, des manuscrits jusqu'aux dédicaces en librairie.
L'objet a pour titre Bienvenue dans ma maison d'édition. Il se présente sous la forme d'une grande enveloppe qui se déplie et se transforme en maison (d'édition) avec ses différents étages et bureaux, que l'on peut suspendre.
Il est dessiné par Didier Cornille, qui a déjà publié de nombreux livres chez Hélium (dont Asseyez-vous et Toutes les maisons sont dans la nature). Il est écrit par l'éditrice Sophie Strady
Dix mini livres complètent la visite avec un exemple de livre pour enfants, les explications pour fabriquer son propre livre, le guide des métiers (auteur, éditrice, graphiste...), un dico des héros pour s'inspirer et inventer son histoire, le métier de correcteur.trice, les grands principes de la typo, des débuts pour écrire la suite de contes, les mots qui décrivent un livre,
Instructif, précis, joli et ludique.
À partir de 6 ans.

Éditions Hélium, 2019, décor en carton en forme d'enveloppe et 10 livrets.

mercredi 9 octobre 2019

L'élégante étrangeté d'Edward Gorey

Une anthologie, c'est son titre, tout simplement, d'Edward Gorey rassemble, pour la première fois en France, les meilleures œuvres de l'écrivain-dessinateur américain parmi la centaine qu'il a publiée.
Il s'agit de 5 recueils présentés dans leur ordre de parution, de 1961 à 1977 : L'Enfant guigne, Les Enfants fichus, L'Aile ouest, Total Zoo, Le Couple détestable.
Où l'on explore l'univers d'Edward Gorey (1925-2000), insolite et bizarre, gothique, sombre et mystique, étrange et beau, tendre et monstrueux, comme l'absurdité de la vie et de la mort, peuplé de fantômes, d'animaux imaginaires, d'effroyables destins d'enfants, avec des dessins à la plume, extrêmement détaillés.
On devine l'influence de l'œuvre de cet artiste excentrique sur celle du cinéaste Tim Burton qui le considère comme son maître.
Cet élégant album fait partie des livres "ovnis" publiés par Le Tripode, qui ne ressemblent à rien de connu, alliant littérature et images, magnifiques.

Éditions Le Tripode, 2019, 16, 5 x 17,5 cm, 176 pages.

mercredi 2 octobre 2019

Le dico qui a la langue qui fourche

Il y a des mots compliqués (ou pas), difficiles à prononcer (ou pas), qui font fourcher la langue et sont littéralement déformés, martyrisés, rejetés...
Heureusement, Yan Lindingre (dont le nom subit peut-être aussi des dérapages) les a élevés au rang d'art brut, digne d'un dictionnaire : Le Gros Robert illustré.
Ils ne sont ni lapsus, ni calembours, ni contrepets, ni mots-valises. Ce sont, dit l'auteur :
Des mots partis en embardée parce qu'irrémédiablement aimantés par un faux-semblant. Le patronyme va s'encastrer dans le paronyme.
Autant Le Petit Robert est gros, autant Le Gros Robert est léger, malgré ses 400 références et citations.
On se demande d'ailleurs où Lindingre a entendu tout ça. Certains mots-dérapés sont connus, nous les avons tous encaissés en nous vrillant l'oreille, comme infractus ou aréoport, mais tous les autres ?
Je soupçonne l'auteur, en bon scénariste et dessinateur humoristique, de s'être amusé à en créer spécialement, et c'est tout à son honneur car il fallait les trouver et ils sont drôles ! L'excellent concept, poussé à son paroxysme, finit par embrouiller et on cherche parfois quel est le mot d'origine.

Éditions Rouquemoute, 2019, 12 x 17 cm, 68 pages avec 40 dessins de l'auteur.