mercredi 7 mai 2014

La grâce de René Frégni

En lisant Marseille noir, je me suis dit que je n'avais pas assez parlé de René Frégni dans mes chroniques.
Elle danse dans le noir, hyper-sensible hommage à sa mère, et On ne s'endort jamais seul m'ont beaucoup touchée.  
Tu tomberas avec la nuit m'a traumatisée, je dois avouer : le genre de livre bien noir bien glaçant, d'autant qu'il s'agit du récit de sa propre histoire, celui d'une méprise qui a envoyé l'auteur en garde à vue.
S'il a connu l'autre côté des barreaux, René Frégni fréquente aussi le milieu carcéral en tant qu'animateur d'ateliers d'écriture avec des détenus, notamment aux Baumettes.
Son univers est fait de grâce, d'amour et de tendresse mais aussi de violence, de voyous, de prison et de désir de justice.
Mais je ne suis pas à la page, car René Frégni a signé d'autres romans, une douzaine en tout, la plupart édités chez Gallimard, dont La fiancée des corbeaux ou Sous la ville rouge.

Éditions Gallimard, Collection Folio (n° 3576), 2001, 144 pages.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire