mardi 18 décembre 2018

Vive le jardin punk !

Il y a le jardin zen ou à la française, par exemple, deux modèles traditionnels bien codifiés et ordonnés, et il y a le jardin punk !
Avec beaucoup d'humour (et de sérieux), Éric Lenoir nous apprend à désapprendre le jardinage avec son Petit traité du jardin punk.
No future ? Bien au contraire ! C'est plutôt, à travers l'histoire des jardins et du jardinage, un nouvel état d'esprit pour ces espaces de nature artificiels (surtout en ville et là où on ne les attend pas). Le jardin punk doit être rapide et facile à réaliser et à entretenir, pas cher (en récupérant et recyclant) et beau.
L'auteur est paysagiste et s'est "mis en tête de trouver des solutions pour que cette nature passe, là où elle fait défaut, d'un statut dérisoire à un statut à la fois indispensable et remarquable".
Éric Lenoir fait partie de cette génération de professionnels qui a dû repenser l'enseignement qu'on lui a donné, dans une perspective beaucoup plus écologique — et souvent moins guindée. Le jardin punk est celui qui s'affranchi de certaines règles (aligner, tailler, tondre, désherber...), qui les prend à rebrousse-poil et répond à de nouvelles attentes. Par exemple, en ville, nous voulons aussi des coquelicots et des marguerites, et que la nature (re)vienne à nous, jusque sur nos trottoirs.
Ce petit livre passionnant et réjouissant, bourré d'idées et d'astuces pour végétaliser (avec une belle liste de végétaux punk), n'est cependant pas un manuel de jardinage.
C'est un véritable manifeste pour le jardinage punk, qui n'est pas un passe-temps de retraité plan-plan, mais une activité rebelle, créative et surtout très belle.
Vive le jardin punk !

Éditions Terre Vivante*, 2018, avec photos et illustrations, 96 pages. 

* Terre Vivante est une entreprise coopérative qui conjugue écologie et conseils pratiques depuis près de 40 ans avec une maison d'édition, le magazine Les 4 saisons pour jardiner sans produits chimiques et  un Centre écologique dans les Alpes pour faire des stages de découverte et d'apprentissage.

Lire aussi ma chronique sur la mutation de la nature en ville (dossier Science & Vie).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire